La marge du temps, un blog culturel et littéraire
Expositions,  Histoire

Réflexions sur « La vie quotidienne des Parisiens sous l’Occupation »

L’exposition qui nous est donnée à voir, jusqu’au 10 janvier 2011, au Réfectoire de l’ancien couvent des Cordeliers (dans le 6e arrondissement de Paris) sur « La vie quotidienne des Parisiens sous l’Occupation », organisée par le Comité d’histoire de la Ville de Paris, met encore une fois cette période controversée au-devant de la scène. Quelques réflexions me sont venues en la visitant.

 

Comme beaucoup d’enfants nés au cours des années cinquante ou au début de la décennie suivante, j’ai été bercé par la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Qui de nous n’avait pas eu un père prisonnier dans les stalags du Reich, une mère cachant sous les draps sa carte d’identité délivrée par l’État français, comme s’il avait été honteux d’avoir vécu sous le régime de Vichy, un oncle policier pétainiste devenu gaulliste à la Libération.

Obsession nationale

Comme l’a étudié Henri Rousso dans ses ouvrages, Le syndrome de Vichy : de 1944 à nos jours (2e édition,1990) et Vichy un passé qui ne passe pas (1994), l’Occupation aura été l’événement qui aura obsédé la collectivité — de l’individu à l’État.

Afin de rendre leur honneur aux Français, ayant subi le poids de la domination allemande, le général de Gaulle a créé et entretenu le mythe que le pays dans son entier – à parts quelques égarés de l’Histoire – avait résisté sous toutes ses formes (du héros à l’attentiste). De plus, la France avait gagné la guerre avec, tout de même, le concours des alliés ! dont le Général, dans son discours de l’hôtel de ville du 25 août 1944, passe cet apport marginal sous silence… Combien de films programmés à la télévision montraient des maquisards se battant contre les Allemands, des actions héroïques perpétrées par le commerçant du coin. Tout cela n’était pas faux, mais aucun d’eux ne montrait l’envers du décor.

Ophuls, Paxton et Modiano

À partir de la fin des années 1960, avec le documentaire de Marcel Ophuls, Le Chagrin et la pitié (1969), l’ouvrage de l’historien américain Robert O. Paxton (La France de Vichy 1940-1944, [1973]), la trilogie romanesque de Patrick Modiano (La Place de l’étoile [1968], La Ronde de nuit [1969], Les Boulevards de ceinture [1972]) et le film de Louis Malle Lacombe Lucien (1974), se forma une nouvelle version historique qui contredisait la précédente : la collaboration n’était plus le fait d’une frange infime mais de l’ensemble du pays. Cette question deviendra, à partir de ce moment, une obsession nationale qui envahira l’espace public. Que de fois n’a-t-on pas entendu des parlementaires, entre les années 1970 et 2000, s’apostropher en s’accusant d’être des « collabos » plus de cinquante ans après les faits !

Même si aujourd’hui les effets semblent s’estomper, comparé seulement à la décennie précédente, ce moment phare aura encore été réactivée avec l’exposition organisée du 20 mars au 1er juillet 2008 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (24, rue Pavée) qui rendait hommage au photographe André Zucca, collaborateur au journal de propagande nazi, Signal. Nommée au début « Les Parisiens sous l’Occupation », l’exposition devint, à la suite de la polémique qui s’en était suivie, « Des Parisiens sous l’Occupation » afin de montrer que ce n’était pas l’ensemble des Parisiens, mais une certaine frange que le photographe avait mis en valeur pour des raisons de propagande.

Jeunes gens joyeux

Certains reprochaient au commissaire, Jean Baronnet, de n’avoir pas replacé dans le contexte (par des cartels autres que dénotatifs) les 270 photos couleurs, d’une esthétique indéniable, et retouchées numériquement pour leur rendre l’éclat d’antan. On y voyait de belles dames luxueusement vêtues déambuler dans une ville ensoleillée ; des terrasses de café fréquentées par des jeunes gens joyeux ; des turfistes, à Longchamp, en chapeau haut de forme. Toutes ces photos donnaient une ambiance de « grandes vacances », pour paraphraser Raymond Radiguet dans Le Diable au corps. Le jeune public – et moins jeune –, non averti, pouvait croire que l’Occupation avait été légère et aimable, ce qui d’ailleurs fut le cas, mais seulement pour une minorité.

En revanche, cette exposition du Réfectoire des Cordeliers, conçue certainement pour répondre à sa devancière qui avait fait couler beaucoup d’encre (et ternie l’image de la Mairie de Paris organisatrice), prend le contre-pied en recourant à des photos en noir et blanc, et en mettant l’accent sur les difficultés de la vie quotidienne que rencontraient la grande majorité des Parisiens. Refusant l’esthétisme, elle se veut historique et pédagogique. Son message est, je dirais, pré-paxtonien, c’est-à-dire que la collaboration l’a été au niveau étatique et le « collaborationisme » n’a concerné qu’une frange d’intellectuels parisiens.

Restrictions

Pour illustrer ce propos, on voit sur des écrans vidéo des discours de Jacques Doriot et de Marcel Déat appelant, au Vel’ d’Hiv’, à l’engagement dans la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF). L’autre versant interprétatif indique : la population a supporté ses souffrances avec stoïcisme et débrouillardise – qualité caractérisant les Français – et a parfois pris les armes. Ce point de vue, conçu pour s’opposer à la vision « enchanteresse » des photos d’André Zucca, a amené à synthétiser tous les aspects de l’Occupation (politique, économique, culturel) en développant particulièrement certaines thématiques : les restrictions, la souffrance et la résistance.

Cette synthèse peut même s’apparenter à des images d’Épinal tant le désir d’évoquer la « vraie » Occupation amène ses concepteurs à combler l’horizon d’attente du public créé et entretenu par les images du cinéma fictionnel – maintes fois diffusées à la télévision – en lui offrant ce qu’il connaît déjà. Ce choix est encore plus visible dans la série d’objets présentés. En effet, chacun d’entre eux prend sa place dans une grille de lecture évoquant l’idée de résistance. Que voit-on ? Une TSF (qui servait à écouter Radio Londres), un poste émetteur-récepteur (pour transmettre des messages codés aux Alliés), un pistolet (de résistant), des bicyclettes (pour se déplacer, bien sûr, mais aussi distribuer des journaux clandestins).

En outre, ce qui a retenu mon attention sont les photos inédites, prises par le gendarme Daniel Leduc, pour son compte personnel, qui montrent un Paris peu familier. On y voit, aux alentours des portes de la capitale, des places, des rues désertes, qui contrastent avec la vision officielle, tentant de donner la fiction d’un Paris normalisé, éternel, malgré la venue des nouveaux maîtres.

Si cette exposition m’a un peu déçu, ce n’est en rien par la faute des concepteurs qui ont élaboré un parcours clair et logique, fait de dix panneaux en toile imprimée, retraçant tous les aspects de cette époque par des photos et des textes synthétiques. La raison en est personnelle. Après m’être intéressée à cette période de manière intense durant de longues années, aujourd’hui, mon intérêt s’est émoussé. Pourquoi ? D’abord ceux qui l’ont vécue sont en grande partie disparus ; ensuite l’obsession, que j’ai partagée avec mes contemporains, a eu le mérite de mettre le sujet sur la place publique. Combien d’ouvrages historiques ou fictionnels ont été publiés, de débats télévisuels diffusés, de colloques organisés, de films documentaires ou fictionnels tournés ? À la manière d’une psychanalyse, la parole a permis que se résolvent les problèmes de conscience – même pour ceux nés après la guerre – et surtout de comprendre pourquoi c’était devenu un problème. Avec le temps, la mémoire obsessionnelle s’est convertie en un objet d’études apaisé.

Didier Saillier

(Janvier 2011)

Photo : Montmartre, place du Tertre, juin 1940.

Un critique culturel et littéraire qui écrit exclusivement sur les œuvres qui l'enthousiasment. "La plus grande décadence dans ce monde est de perdre son enthousiasme." H. W. Arnold

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.