Archives du mot-clé Seconde Guerre mondiale

Jean Gabin : « La guerre, c’est pas du cinéma ! »

Au musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris – Musée Jean Moulin a lieu l’exposition « Jean Gabin dans la guerre 1939-1945 » du 5 septembre 2017 au 18 février 2018. Ce musée, situé dans le jardin Atlantique, au-dessus des voies de la gare Montparnasse, a été créé en 1994, en même temps que le jardin, pour honorer la France libre et la résistance intérieure.

*

Le parcours de Jean Gabin (1904-1976) pendant la guerre est étonnant. En effet, il est l’une des rares vedettes de cinéma qui se soient engagées (avec Jean-Pierre Aumont) dans les rangs de la France libre et n’est donc pas représentatif du comportement du milieu du cinéma et du spectacle entre 1940 et 1944. En effet, certains quittèrent le pays occupé pour rejoindre l’étranger et continuer leur métier : Michèle Morgan, Simone Simon et Marcel Dalio, rejoignirent Hollywood, Louis Jouvet partit pour des tournées théâtrales en Amérique du Sud. Quant aux réalisateurs, Julien Duvivier, Jean Renoir, René Clair, Max Ophüls, ils se rendirent aussi aux États-Unis courir leur chance. Néanmoins, le plus souvent, acteurs et metteurs en scène restèrent et s’adaptèrent à la nouvelle situation dans la France occupée.

Quand la guerre éclata, le 3 septembre 1939, Jean Gabin tournait Remorques de Jean Grémillon dans les studios de Billancourt, après que les scènes de mer eurent été tournées, en juillet, à Brest. Sur l’un des panneaux de l’exposition, l’actrice principale du film, Michèle Morgan, témoigne de l’ambiance en juillet 1939 : « C’était fou comme les gens semblaient insouciants, comme nous paraissions gais. Je crois qu’on voulait oublier la menace qui pesait, s’étourdir encore un peu, sachant qu’il était impossible de ne pas se réveiller un matin avec, en face de soi, la terrible réalité : la guerre ! » La mobilisation générale mit un terme au tournage : Grémillon comme Gabin (sous son véritable nom, Jean Alexis Moncorgé) furent rappelés en tant que réservistes dans leurs unités respectives. Cinémonde s’inquiétait, le 29 novembre 1939, sur l’avenir de ce film : « Jean Gabin sauvera-t-il le cargo qu’il s’efforce de ramener au port. Oui, si le grand film maritime Remorques est terminé bientôt… ce que nous souhaitons fermement. » Grâce à une permission, les deux protagonistes, ainsi que des membres de l’équipe, reprirent le tournage en avril 1940, pendant près de trois semaines, avant que l’invasion allemande l’interrompît de nouveau. Finalement, le film fut achevé dans les studios de Boulogne, en été 1941, sans Gabin, envolé pour Hollywood à la fin de février. Pendant le Blitzkrieg, le premier-maître Moncorgé, étant en permission et ne pouvant retourner dans son unité de fusiliers-marins à Cherbourg, fut contraint le 10 juin, avec l’entrée des Allemands dans Paris déclarée « ville ouverte », de se réfugier chez des amis sur la Côte d’Azur, à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Pendant ce temps, la Continentale Films, compagnie cinématographique aux capitaux allemands installée à Paris, fut créée et dirigée par le producteur Alfred Greven – placé par le docteur Goebbels – qui souhaitait produire des films de qualité et, pour cela, recourir aux meilleurs artistes et techniciens du cinéma français. Et c’est ainsi que fut sollicité Jean Gabin, la plus grande star française masculine des années trente, qui déclina la proposition. Devant son refus, on lui proposa un marché : s’il signait un contrat, son neveu prisonnier en Allemagne serait libéré. Il semblerait que ce chantage précipita son départ. En effet, refusant de travailler pour les nazis, il se résolut à quitter le territoire national pour rejoindre les États-Unis par l’Espagne et le Portugal. Paris-Soir dans son édition du 10 février 1941 annonçait en gros caractères le départ imminent de Gabin : « Malgré son cafard de quitter la France Jean Gabin part pour Hollywood. »

Arrivé à New York, il se rendit en train à « Olivode », selon son expression ironique, pour signer un contrat avec la Twentieth Century Fox. L’acteur devait apprendre l’ « angliche », telle était la condition de Darryl Zanuck, le patron de la Fox, pour qu’on lui proposât des rôles. Pendant son séjour à Los Angeles, Gabin revit Michèle Morgan, sa partenaire du Quai des brumes et de Remorques, et ancienne amoureuse, qui lui présenta Gingers Rogers avec qui l’acteur entretiendra, quelque temps plus tard, une brève idylle. Il rencontra Julien Duvivier, l’homme de Pépé le Moko (1936), et Jean Renoir, celui de La Grande Illusion (1937), les cinéastes à qui il devait essentiellement sa notoriété, avec Marcel Carné, bien sûr. Retourné à New York, Gabin aimait pratiquer le vélo sur les routes du New Jersey, en compagnie du pistard professionnel Alfred Letourneur, car son rêve aurait été d’être champion cycliste, pas acteur. En juillet 1941, dans le cabaret new-yorkais La vie parisienne, sur la 44e Rue, Gabin fit une rencontre capitale en la personne de Marlène Dietrich, la star allemande antinazie. Ce fut le coup de foudre : le couple s’installa à Brentwood, un quartier de Los Angeles, liaison qui dura tout le long de la guerre.

À la fin de l’année 1941, Gabin qui commençait à ronger son frein débuta enfin son premier tournage américain Moontide (La Péniche de l’amour) d’Archie Mayo avec Ida Lupino et Claude Rains. Avec ce film, il abandonnait ses rôles d’antihéros, ceux du réalisme poétique de Marcel Carné et de Jacques Prévert, qui meurent à la fin, comme dans Le Quai des brumes (1938) ou Le jour se lève (1939). C’était un film de propagande pour encourager les boys américains à s’engager, ce qui explique la positivité du héros. Le 29 avril 1942, eut lieu la première à New York. La presse américaine salua la performance de l’acteur même si le film fut jugé mineur.

De plus en plus, Gabin, qui souhaitait être utile à la cause antinazie, participait avec Marlène à des manifestations et autres distributions de nourriture en faveur de l’effort de guerre américain. Cependant, cette aide à l’arrière ne le satisfaisait pas, il voulait s’engager pleinement et combattre militairement : « Je ne pouvais pas rester les mains dans les poches, continuer à faire des grimaces devant une caméra – en étant bien payé en plus – et attendre tranquillement que les autres se fassent descendre pour que je retrouve mon patelin. » Engagé en avril 1943, il était prêt à embarquer pour se rendre sur le terrain des opérations quand il reçut l’ordre du cabinet du général de Gaulle de participer au film de propagande de Julien Duvivier, L’Imposteur (Bayonet Charge). En effet, l’acteur semblait pour la France combattante plus utile sur les tournages que le fusil à la main. Seuls le metteur en scène et l’acteur principal étaient français, le reste de l’équipe était américaine, dont des acteurs sans notoriété. Dans ce film, Gabin joue le rôle d’un condamné à mort qui s’évade et endosse l’identité d’un héros de guerre. Ayant été découvert, le personnage se propose pour une mission dangereuse et meurt en héros.

Enfin, en janvier 1944, – devant ses demandes réitérées de partir pour le front – Gabin reçut l’ordre d’appareiller sur l’Elorn à destination d’Alger pour escorter un convoi de pétroliers. En raison de la renommée de l’acteur, les autorités militaires de la France combattante remirent à Moncorgé le grade de second-maître, ce qui lui évita de porter le béret à pompon – dévolu, avec le col marinier, aux matelots et aux premiers-maîtres – qu’il jugeait peu seyant, lui préférant la casquette ! Le baptême du feu impressionna Moncorgé comme Gabin quand LElorn fut sous le feu des sous-marins allemands et des escadrilles de la Luftwaffe qui bombardaient le convoi maritime. Le second-maître n’en menait pas large. Arrivé à Alger, en février, il fut nommé instructeur au centre de formation des fusiliers-marins et eut rapidement la réputation d’être bougon comme dans ses films. Contrairement à cette description, une photo le montre l’air débonnaire, en short, au milieu des jeunes recrues.

Le 8 avril 1944, le général de Gaulle officialisa la création du régiment blindé de fusiliers-marins (RBFM) et l’adjoignit à la deuxième division blindée (2e DB), créée huit mois plus tôt. Gabin manqua le débarquement en Normandie, en juin 1944, en raison de son intégration tardive dans le RBFM. En septembre 1944, Gabin et ses camarades regagnèrent la métropole sur le croiseur La Gloire qui débarqua dans la rade de Brest, ville où s’était déroulé cinq ans auparavant le tournage de Remorques. Devenu chef de char du Souffleur II (le plus âgé du régiment), il fut en première ligne lors de la campagne de Moselle. En mars 1945, il obtint une permission à Paris et présenta une soirée de boxe, avec Marcel Cerdan au programme, au profit des œuvres sociales de la Marine. Le 12 avril, il partit pour le front de l’Ouest et participa au « nettoyage » de la poche de Royan où résistaient les dernières forces allemandes sur le territoire national. Enfin, les 3 et 4 mai, la 2e DB rallia le nid de l’aigle d’Hitler à Berchtesgaden. La guerre prit fin le 8 juin, mais le second-maître Moncorgé dut encore attendre plusieurs mois pour être démobilisé. Enfin, il rejoignit Paris et refusa de participer au défilé sur les Champs-Élysées. De l’hôtel Claridge, aux premières loges, il assista au défilé en pleurant en voyant passer Le Souffleur II. Une fin digne d’un film de guerre. Sa phrase : « La guerre, c’est pas du cinéma ! », résume bien ses 27 mois d’engagement, lui qui refusait d’être distingué parmi ses camarades et d’obtenir des faveurs ou de jouer dans le théâtre des armées.

Comme on le constate, l’engagement de Jean Gabin prit diverses formes : en refusant de jouer dans des productions allemandes et de continuer son métier en France occupée, en mettant à profit sa notoriété pour soutenir l’effort de guerre américain par des manifestations publiques et en jouant dans des films de propagande, enfin – la plus risquée – en participant activement à la lutte armée contre le nazisme et à la libération du pays.

Démobilisé et souhaitant reprendre le chemin des plateaux, Jean Gabin – revenu avec les cheveux blancs – constata que le public français l’avait oublié et qu’il n’avait plus l’âge de jouer les jeunes premiers. Il mit plusieurs années à se remettre de cette désaffection et à remonter la pente de la renommée, jusqu’à Touchez pas au Grisbi ! (1954) de Jacques Becker. Par éthique, il refusa de faire usage de ses faits de guerre pour obtenir des rôles, de jouer à l’ancien combattant et même d’interpréter des personnages militaires, bien qu’il en tînt de nombreux, comme celui de La Banderas (1935), dans ses années de gloire : les années trente.

Cette exposition modeste et dépouillée à l’extrême a lieu dans une unique et grande salle autour de laquelle une vingtaine de panneaux décrivent les étapes biographiques de Gabin entre 1939 et 1945. Le commissaire de l’exposition, Patrick Glâtre, a résolument choisi l’écrit pour évoquer cette période méconnue de l’acteur. Aucune lettre, aucun document, aucun journal, aucun objet personnel, ne sont placés dans des vitrines. Seuls sont imprimés sur les panneaux des extraits de presse, des fiches émanant de la France combattante, des photos, qui viennent rompre, un tant soi peu, les textes et donner à voir le contexte de l’époque. Peu d’objets sont exposés et ils proviennent soit de la réserve du musée du général Leclerc (insignes militaires, fanions, béret de marin du RBFM), soit du musée Jean Gabin à Mériel, en Seine-et-Marne (une casquette de marin et un ceinturon américain avec son étui modèle 16 pour pistolet semi-automatique Colt 45). Cette exposition intéressera les admirateurs de l’acteur, leur permettant de suivre en détail sa période de guerre, cependant on peut regretter dans la mise en scène l’absence d’un soupçon de fantaisie pour inciter le public à se rendre en masse au musée du général Leclerc, qui était désertique lors de ma visite.

 Didier Saillier

Photo : Jean Gabin, chef de char au sein de la 2e DB. Fondation de la France libre.

 

Publicités

L’Histoire avec sa grande hache

Le Mémorial de la Shoah consacre une exposition, « Après la Shoah – Rescapés, réfugiés, survivants (1944-1947) », du 27 janvier au 30 octobre 2016, à la période qui suivit la libération des territoires occupés par les nazis jusqu’à la création d’Israël en 1948.

*

Comment reprendre une vie normale après avoir été emporté par les bourrasques de « l’Histoire avec sa grande hache » – selon la célèbre formule de Georges Pérec dans W ou le souvenir d’enfance – qui s’abattirent sur l’Europe entre 1939 et 1945 ? L’exposition, qui axe son propos sur le devenir des Juifs européens, élargit toutefois le problème à tous ces millions d’individus qui erraient loin de chez eux, suite à la redéfinition des frontières. Les commissaires, Henry Rousso et quatre doctorants, braquent leurs projecteurs en particulier sur trois pays : la Pologne, l’Allemagne et la France.

Dans les derniers mois qui virent la chute du Troisième Reich, 30 à 40 millions de « personnes déplacées », nouveau statut juridique créé par les alliés (Displaced Persons ou « DPs »), se retrouvèrent dans les anciennes contrées détenues par les nazis. Outre les armées allemandes reculant devant l’avancée de l’Armée rouge, les civils les plus nombreux étaient des Allemands de souche – des « minorités » – expulsés d’URSS et d’autres pays de l’Est, notamment de Pologne et de Tchécoslovaquie (de 12 à 16 millions), et des travailleurs forcés venus de tous les horizons en Allemagne (11 millions). Dans cet ensemble hétéroclite, les Juifs représentaient 4 à 5 millions. Parmi ces derniers, les historiens distinguent ceux qui réussirent à subsister malgré la chasse à l’homme dont ils faisaient l’objet – les rescapés – et les 60 000 survivants sortis des camps d’extermination, de concentration ou du travail forcé, dont près de la moitié mourut dans les semaines suivantes.

Dès 1943, prévoyant ce phénomène massif, 44 pays, à Washington, créèrent l’Administration des Nations unies pour le secours et la réhabilitation (UNRRA), financée en large majorité par les États-Unis, pour apporter un secours économique aux déplacés et une aide à leur rapatriement. Soutenu par les armées alliées en logistique et en matériel, l’UNRRA, à la fin de l’année 1945, avait rapatrié la grande majorité des « déplacés », néanmoins restaient un million dont 250 000 Juifs. Ce dernier million était composé d’apatrides, de réfractaires « au retour », comme les citoyens soviétiques originaires des pays baltes et d’Ukraine, des Juifs de Pologne, d’Hongrie et de Roumanie, pays dans lesquels sévissait un fort antisémitisme. Au début de l’opération de rapatriement, nombreux furent expédiés contre leur gré dans leur patrie d’origine, ce qui provoqua des discussions au sein de l’UNRRA sur la pertinence morale de la politique du retour forcé. L’UNRRA créa une quarantaine de camps de transit qui furent répartis dans les zones occidentales en Allemagne, en Autriche et en Italie.

Certains camps DPs furent ouverts au sein même des anciens camps nazis, comme celui de Bergen-Belsen. Ainsi pour ces Juifs, la libération effective ne survint pas avant de nombreux mois. Jusqu’à l’automne 1945, ils étaient mêlés aux autres nationalités et ne faisaient l’objet d’aucun égard particulier, d’autant plus qu’ils pouvaient être victimes de violences antisémites de la part des anciens collaborateurs nazis, eux-mêmes réfugiés. Le règlement à l’intérieur de ces camps, entourés de barbelés, était sévère et les déplacés, en général, étaient traités comme des prisonniers et recevaient de mauvais soins : la nourriture et les vêtements manquaient, l’hygiène était déplorable. C’est le rapport d’Earl Harrison, le doyen de la faculté de droit de l’université de Pennsylvanie, qui changea la donne : « La situation est telle que nous semblons traiter les Juifs comme les nazis, sauf que nous ne les exterminons pas. Nombreux sont ceux qui demeurent dans des camps de concentration sous notre garde militaire au lieu de celle des régiments SS. On est appelé à se demander si le peuple allemand, en voyant cela, ne suppose pas que nous suivons, ou du moins que nous acceptons, la politique nazie. »* Remis, en août 1945, au président Truman, le rapport permit aux Juifs d’être placés dans des camps spécifiques – situés dans la zone américaine – administrés par eux-mêmes. Ainsi la vie reprenait son cours : les enfants étaient scolarisés, des mariages se célébraient, des bébés naissaient et le temps libre était encadré : des troupes théâtrales et musicales entreprenaient des tournées à travers les camps, le sport était à l’honneur. Dans l’exposition, des courts-métrages amateurs, tournés par des membres de la communauté juive (dont beaucoup sont signés Georges Kadisch), témoignent de la vie quotidienne. On y voit des réfugiés à table en famille un jour de fête, des jeunes autour d’un piano chantant ou jouant aux échecs. Des organisations juives apportèrent aussi une aide sociale, financière et matérielle dont la plus puissante était le Joint (American Jewish Joint Distribution Committee). Toutes ces organisations, pour certaines nées pendant le conflit, étaient présentes sur tous les fronts : le logement, la nourriture, les vêtements, tandis que d’autres, davantage spécialisées, mettaient l’accent sur l’aide à l’enfance (Œuvre de secours à l’enfance) ou sur la formation professionnelle (Organisation reconstruction travail).

Après avoir survécu à la déportation ou à son risque, 75 % des Juifs du continent européen souhaitaient le quitter pour se reconstruire une vie sous d’autres cieux. Ce chiffre atteint même 90 % pour les 250 000 Juifs survivants de Pologne (sur une population initiale de 2,7 millions) qui eux avaient la Palestine pour but. En effet, la fin de la guerre n’avait pas mis fin à l’antisémitisme et aux pogroms. Celui de Kielce (42 tués), perpétré le 4 juillet 1946 par les habitants de ce village, eut pour conséquence un nouvel exode vers l’ouest. Le retour des Juifs était intolérable pour la population locale qui, outre la haine ancestrale éprouvée à leur encontre, n’acceptait pas de rendre maisons et biens. Une histoire juive de l’époque résume bien la situation : « Ils ne nous pardonneront jamais ce qu’ils nous ont fait. » Après le rapport Harrison, le président Truman accorda des visas pour les États-Unis à plus de 35 000 déplacés, dont 28 000 Juifs. En revanche la porte de la Palestine leur était fermée, car les Britanniques, qui avaient un mandat sur ce pays, craignaient de mécontenter les Arabes. Pour pallier cette interdiction, des organisations juives mirent sur pied des réseaux pour faciliter les passages clandestins. Entre 1945 et mai 1948, date de la création d’Israël, 115 000 parvinrent à atteindre leur destination, mais, pour moitié, sans pouvoir y entrer.

Dans l’exposition, des témoignages d’anciens survivants français de la Shoah sont diffusés sur des moniteurs. Par exemple, Isidore Rosenbaum raconte l’interrogatoire serré qu’il dût subir pendant trois jours par la sécurité militaire pour s’assurer de la réalité de sa déportation car il était revenu en costume de militaire français. Une brochure émanant du 5e bureau, « Documentation sur les camps et prisons de déportés politiques et raciaux », (dont on peut consulter un fac-similé) indique les bonnes questions pour confondre les faux-témoins. Michel Rocard, qui était alors un boy scout protestant âgé de quinze ans, se souvient du retour des déportés qui furent transférés en partie à l’hôtel Lutetia pour les premiers soins. Après la Libération, revinrent en France 3 800 Juifs rescapés des camps sur 76 000 déportés. Des objets sont exposés, notamment une boîte sanitaire de la Croix rouge que l’on distribuait aux DPs, un uniforme de déporté et une valise en bois bricolée appartenant à un certain Jacques Modiano.

Cette exposition du Mémorial de la Shoah met en lumière la plus importante émigration d’Europe qui a été suivie par d’autres vagues, jusqu’à la dernière en date, celle du Proche-Orient.

Didier Saillier

(Avril 2016)

* Cf. François Ouzan, Ces juifs dont l’Amérique ne voulait pas, 1945-1950, Éditions Complexe, coll. « Questions au xxe siècle », 1995.

Photo : Félix Nussbaum (Né en 1904 à Osnabrück ; décédé en 1944 à Auschwitz), « Autoportrait au passeport juif », huile sur toile, vers 1943. Musée Félix Nussbaum à Osnabrück.