Archives pour la catégorie Personnel

Tintin et moi

Bien avant de savoir lire, je lisais les aventures de Tintin. En vacances chez ma tante, j’ai découvert ce héros qui allait me suivre tout au long de mon existence. Je me souviens du premier que j’ai eu entre les mains, Tintin en Amérique, les images me restent encore en mémoire : les gangsters avec leurs browning, les gratte-ciel qui s’érigent en un temps record, un petit singe affublé d’un costume militaire et, surtout, la scène fondatrice, notre héros attaché sur les rails d’un chemin de fer par des bandits alors que le train arrive à grande vitesse. Je tremblais pour lui.

Dans ces premiers albums, les scènes s’enchaînaient à perdre haleine, aussitôt réchappé d’un péril, il tombait de Charybde en Scylla dans un autre guêpier. Les situations se comprenaient aisément sans le besoin de recourir au texte. La bande dessinée, à l’époque des années 1930, était encore sous l’influence du cinéma muet : donner le plus d’informations visuelles en glissant au minimum des cartons entre les images.

Les années passaient et je découvrais progressivement les autres aventures à l’occasion d’un cadeau offert pour une fête, car un album cartonné à l’apparence luxueuse ne s’obtenait pas n’importe quand. Ainsi je lus Les 7 boules de cristal lors d’un Noël et une semaine plus tard, pour le Nouvel An, la suite de l’histoire, Le Temple du soleil.

Je devenais un lecteur boulimique d’illustrés en tout genre – de mauvaises lectures selon l’entourage et les instituteurs -, mais Tintin conserva la prédominance. Contrairement aux autres héros, célèbres ou inconnus, celui d’Hergé était pour moi tout simplement un ami qui me consolait. Ce n’était pas original, des millions d’autres enfants dans le monde revendiquaient son amitié. Il me revient le souvenir dans un numéro des années 1960 du Journal de Tintin (magazine où paraissaient en avant-première des albums de Tintin et des BD d’autres dessinateurs), dans le courrier des lecteurs, un homme de 78 ans s’inquiétait s’il était toujours autorisé à lire les aventures de son héros préféré, puisque, comme disait le slogan, Tintin ne pouvait être lu que « de 7 à 77 ans ».

Avec l’âge, les autres personnages du monde hergéen s’imposèrent dans mon Panthéon. Les colères homériques du capitaine Haddock me réjouissaient et je reprenais à mon compte ses injures toutes personnelles, ses « bachi-bouzouk des Carpates », « crème d’emplâtre à la graisse de hérisson », j’en passe et des plus connues. Le professeur Tournesol était impayable en comprenant tout de travers (« – A l’Ouest ? »). Les Dupont(d) avaient un statut particulier en étant à la fois des amis de Tintin et cependant capables de le menotter dès qu’un doute s’insinuaient en eux quant à son honnêteté. Tintin, malhonnête, ils ne comprenaient vraiment rien ces Dupont(d) !

Devenu adulte, tout en le relisant par période, je me mis à collectionner des objets à son effigie et à celui de ses amis. Ainsi j’eus une montre, des pin’s que j’épinglais au revers de ma veste, une sorte de décoration de l’ordre de Tintin. Des objets se placèrent sur les rayons de ma bibliothèque : des figurines de Tintin et de son inséparable chien Milou, des modèles réduits de voitures inspirées des albums.

Comment rencontrer Tintin en dehors de la littérature hergéenne ? Telle était la question que je me posais depuis l’enfance. Les deux films* tournés dans les années 1960, avec l’acteur Jean-Pierre Talbot, un jeune professeur d’éducation physique, devenu pour l’occasion un Tintin plus vrai que « nature », furent un succédané à mon désir d’entrer à l’intérieur de l’œuvre de papier. Les cinéphiles comme les Tintinophiles furent déçus par ces deux œuvres jugées ratées. Bien que les voix des personnages étaient différentes de celles « entendues » dans les albums, pour ma part, je considérais que l’ambiance et les décors étaient respectés. Toutefois ma préférence allait pour le premier, Le mystère de la Toison d’or, en raison de sa parenté styliste avec les films de Philippe de Broca (L’homme de Rio, Les tribulations d’un Chinois en Chine joués par Jean-Paul Belmondo), le cinéaste le plus hergéen.

Et Steven Spielberg apparut au pays de Tintin. Depuis les années 1980, il tenta à plusieurs reprises de mettre en scène les aventures d’Hergé depuis que celui-ci en avait exprimé le souhait après avoir vu Les Aventuriers de l’Arche perdu. Pour le premier épisode, Le Secret de la Licorne, qui en comptera probablement d’autres si le film est rentable, Spielberg s’est inspiré du Secret de la Licorne et du Crabe aux pinces d’or (où apparaît pour la première fois le capitaine Haddock). Après avoir vu la bande-annonce, j’étais fort sceptique quant à la réussite de l’entreprise. Cela ressemblait davantage à un jeu vidéo qu’à un film tourné avec délicatesse par un admirateur d’Hergé. Tintin ressemblait assez peu au modèle, le capitaine avait des yeux de pervers (ce qu’il n’est absolument pas !) La technique employée dite « motion capture » (captation de mouvements d’un acteur réel pour les appliquer ensuite au modèle virtuel) me paraissait éloignée de la ligne claire d’Hergé. Ne me décourageant pas, je me rendais tout de même dans une salle de cinéma pour confirmer ma déception. Passé les premières minutes, le temps de s’habituer à cette technique empruntée à la réalité et à l’animation, je reconnus les qualités du travail. Le décor et les couleurs étaient bien rendus et les acteurs finalement proches des modèles. Le seul problème résidait dans le scénario conçu visiblement pour le public américain ignorant tout des aventures de Tintin. Explosions, coups de feu, poursuites incessantes, duel final à coups de grues entre le capitaine Haddock et le méchant Ivan Ivanovitch Sakharine. En définitive, Le Secret de la Licorne est davantage un film d’action (réussi) de Spielberg qu’une adaptation fidèle d’Hergé.

Au mois d’octobre, je reçus un courrier de ma sœur – connaissant mon intérêt pour Tintin – une série d’articles découpés dans La Nouvelle République, au sujet d’un homme qui aurait inspiré Hergé. Robert Sexé (1890-1986) était un motocycliste poitevin, reporter-photographe, qui a bouclé, en 1926, le premier tour du monde en moto (passant en Amérique, en Afrique et dans les Balkans avant Tintin, né en 1929), a réalisé, en 1925, le raid Paris-Moscou, puis sur place participé au « Circuit des Soviets ». D’autres éléments convergents permettent, selon la thèse de son légataire universel, Janpol Schulz, d’affirmer qu’Hergé s’est inspiré des traits de Sexé et de ses aventures à moto pour créer son personnage. Il est vrai que la ressemblance avec le reporter du Petit vingtième est frappante, houppe comprise. De plus, Sexé qui participait à des compétitions – relatées largement par la presse de l’époque – pour une marque de motos belges, Gillet-Herstal, avait pour mécanicien un certain René Milhoux. Tout cela est assez troublant.

Qu’importe si Robert Sexé ait inspiré Hergé, le plus extraordinaire à mes yeux est le fait que le modèle putatif de Tintin ait habité à quelques kilomètres du domicile familial. Si j’avais connu sa présence, je serais allé lui serrer la main en lui demandant si, au cours de ses aventures, il n’aurait pas rencontré un jeune reporter accompagné d’un fox-terrier blanc nommé Milou.

Didier Saillier

(Novembre 2011)

Photo : Robert Sexé sur une de ses motos (dr)

* Tintin et le mystère de la Toison d’or de Jean-Jacques Vierne (1961) ; Tintin et les oranges bleues de Philippe Condroyer (1964).

Publicités