Tintin au musée

A l’occasion des quarante ans du Musée en herbe, dédié aux enfants, celui-ci organise une exposition intitulée « Le musée imaginaire de Tintin » qui aura lieu tout l’été. Rassurons les lecteurs, les adultes sont acceptés avec ou sans enfant. Citation d’Hergé (1907-1983), l’homme au 230 millions d’albums vendus et traduits dans 80 langues : « A force de croire en ses rêves, l’homme en fait une réalité»

*

Que Tintin se retrouve au musée n’est pas une surprise. Déjà le centre Pompidou a consacré, en 2006 et 2007, une exposition à son créateur, puis, en 2009, un musée Hergé s’est ouvert à Louvain-la-Neuve, en Belgique. Depuis sa disparition, le dessinateur est considéré comme un artiste majeur du XXe siècle. Lui-même se passionnait pour l’art contemporain et collectionnait des toiles de Lucio Fontana, Serge Poliakoff, Pierre Alechinsky, Roy Lichtenstein… D’ailleurs, la dernière aventure inachevée de son héros, Tintin et l’Alph-Art, se déroulait dans le milieu de l’art et l’ultime vignette voyait le jeune héros menacé d’être intégré dans une « compression » de César et, par la même occasion, entrer au musée – à jamais.

Tintin n’est pas un homme de culture, mais des cultures. Parfois on le voit chez lui, entre deux péripéties, lire dans son fauteuil le journal ou un livre, mais ses goûts le portent vers l’ailleurs et l’action. C’est un aventurier, pas un rat de bibliothèque, ni de musée, au reste. L’Oreille cassée (1937) débute dans un musée ethnographique, toutefois Tintin y est absent. Un gardien, plumeau à la main, époussette un masque africain en chantonnant un air du Carmen de Bizet : Toréador prends garde à toi : « Toréador et trala-la-la-la un œil noir te regaaaaaarde ». Soudain, il s’aperçoit qu’une statuette Arumbayas a été volée. L’aventure commence : grâce à cette disparition, Tintin entre en action et part enquêter jusque dans la jungle amazonienne où vit la tribu des Arumbayas.

Pourquoi part-il au bout du monde ou – destination plus proche – au château de Moulinsart (Les Bijoux de la Castafiore [1963]) ? Par goût des voyages et par obligation professionnelle – dans ses premiers albums, reporter oblige, il se rend au bout du monde afin de couvrir les événements pour le compte du Petit Vingtième. Certes, mais c’est surtout par amitié et, plus largement, pour accomplir une « bonne action ». On le voit ainsi partir en expédition pour tenter de retrouver son ami Tchang, dont l’avion s’est écrasé dans l’Himalaya (Tintin au Tibet [1960]) ; s’embarquer pour le Pérou afin de délivrer le professeur Tournesol enlevé par des descendants des Incas (Le Temple du soleil [1949]). La liste serait longue à recenser tous ses voyages. Sur la couverture du magazine catholique Cœurs vaillants la devise de Jacques Cœur donne le ton : « A cœurs vaillants rien d’impossible ». Une autre devise enfonce le clou, celle de Charles de Foucauld : « S’il est une chose que nous devons absolument à Notre Seigneur, c’est de n’avoir jamais peur. » Conseils mis en pratique, au-delà du raisonnable, par l’intrépide Tintin.

Notre héros naît dans une époque où les aventuriers en tout genre électrisent les foules et les enfants en particulier. Ainsi la traversée de l’océan Atlantique de Charles Lindbergh en 1927 donne le ton de ses aventures, de même la découverte de la tombe de Toutankhamon en 1924 inspire Les Cigares du pharaon, la Croisière jaune d’André Citroën (1931-1932) incite le jeune dessinateur à élaborer Le Lotus bleu (1936). Hergé est la caisse de résonance du monde.

Le tropisme de Tintin à vouloir « faire le bien » est à relier avec la biographie de son créateur. En effet, Hergé a eu une jeunesse catholique, et son passage par le scoutisme a renforcé ses convictions. Après avoir dessiné dans des revues scoutes, il est engagé, à 18 ans, au journal catholique et nationaliste Le Vingtième Siècle au service des abonnements. Pris en main par le directeur, l’abbé Wallez, un ultra catholique maurrassien, Hergé reçoit de ce dernier, trois ans plus tard, la responsabilité du supplément destiné à la jeunesse : Le Petit Vingtième. C’est dans ce journal que naîtra, en 1929, le garçon à la houppe. Hergé, à cette époque, est influencé par l’abbé, ce qui rejaillit sur les idées de son héros. Aujourd’hui, pour beaucoup, les premiers albums sont racistes. Tintin au pays des Soviets (1930), Tintin au Congo (1931), Tintin en Amérique (1932), présentent l’ « Autre » (le Bolchevik, le Noir, l’Indien) comme un sauvage aux mœurs bizarres. Pour la défense du dessinateur, on peut admettre que dans les années trente, dans les milieux conservateurs (et au-delà), la majorité des populations pensait ainsi ; les préjugés raciaux étaient une évidence. Avec le temps, et notamment à la suite de ses relations sentimentales, à la fin des années cinquante, avec une collaboratrice jeune et moderne, devenue par la suite son épouse, Hergé prend la mesure des injustices sociales et raciales. Aussi dans Tintin et les Picaros (1976), le jeune garçon arbore sur son casque de moto le signe des hippies « Peace and love » et porte des jeans. Adieu la culotte de golf !

L’exposition du Musée en herbe est composée de deux salles de dimensions restreintes afin de ne pas user l’attention des enfants. Dans l’antichambre, des casquettes de petit reporter sont mises à la disposition des enfants qui s’en coiffent le temps de l’exposition. Après moult hésitations, le reporter de Culture et Liberté a renoncé à les imiter. La première salle est consacrée à la fois au travail publicitaire de l’Atelier Hergé et à ses séries comme Les exploits de Quick et Flupke (1930), Les aventures de Jo, Zette et Jocko (1935), et bien sûr Tintin et Milou. On peut y voir des planches tracées à l’encre de Chine et à la gouache, des croquis avec des indications de couleurs et des phylactères vierges, des pages placardées du Petit Vingtième, de Cœurs vaillants, du Journal de Tintin, ensemble qui parfait notre connaissance de l’œuvre du dessinateur belge.

La seconde salle est la plus excitante. En effet, l’enjeu est de mettre en relation les dessins d’Hergé avec les œuvres qui l’ont inspiré et qui sont issues pour la plupart du Louvre et du musée du quai Branly. A partir du Lotus bleu, Hergé est obsédé par le rendu de la réalité, au détail près : il convient qu’un bateau de papier puisse naviguer ! Pour parvenir à ses fins, il se documente et reproduit à l’identique des automobiles, des avions, des bateaux, etc. On peut comparer les dessins des Cigares du pharaon (1934) avec le sarcophage d’Itnedjès (780-525 av. J.-C.) et autres pièces égyptiennes. Ensuite, on pénètre dans le monde des Indiens des plaines de Tintin en Amérique où sont exposés un plastron sioux, une coiffe de guerrier en plumes d’aigle, symbole de la bravoure, un tomahawk mêlant la fonction de casse tête et de calumet. A côté, est évoqué Le Lotus bleu : une pipe à opium, utilisée dans les fumeries clandestines, un bonnet chinois, une monture de lunettes pliantes et une superbe statue de Shiva à quatre bras entouré d’un cercle de feu. Quelques sculptures font référence à Tintin au Congo : un totem du Dahomey, des masques Sénoufo et Baoulé en bois sculpté. Et la pièce maîtresse, un masque Dan, en bois et aluminium, celui qu’époussette le gardien du musée ethnographique de Bruxelles fredonnant « Toréador ». Avec Le Temple du soleil et L’Oreille cassée, nous plongeons dans la culture sud-américaine : un vase à tête humaine en terre cuite, une flûte de pan, le fameux fétiche volé au peuple Arumbayas. Le parcours se termine par la civilisation tibétaine avec des objets rapportés au cours d’expéditions des orientalistes Alexandra David-Néel et Jacques Bacot. On peut admirer une collection de vêtements de moines, des trompes télescopiques en bronze longues de cinq mètres.

Cette exposition est une réflexion en creux sur le destin de la bande dessinée, qui fut longtemps considérée comme une lecture de mauvais genre, tout juste bonne pour les enfants et les ilotes. Grâce à Hergé, elle a reçu ses lettres de noblesse en accédant aux musées et au marché de l’art. On s’aperçoit que la production des civilisations extra-européennes a connu un destin similaire au cours du XXe siècle. Considérés longtemps par les Européens (à part les avant-gardes) sous le seul angle religieux ou utilitaire, les arts africains, océaniens, asiatiques et américains ont intégré, en l’an 2000, le pavillon des Sessions – le nouveau département des arts premiers du musée du Louvre – « un lieu de reconnaissance légitime de l’art de peuples longtemps méconnus ou sous-estimés qui représentent les quatre cinquièmes de l’humanité », déclare le site du Louvre.

Didier Saillier

(Mai 2015)

Photo : Tintin en costume de reporter.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s