Guerre, propagande et commémoration

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, l’exposition qui se déroule, du 15 janvier au 15 juin 2014, à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris ouvre cette cérémonie officielle. « Paris 14-18, la guerre au quotidien » ne porte pas un regard sur les combats proprement dits, sur les divers fronts, mais sur l’arrière que constitue Paris, – relativement épargnée par les combats – et le quotidien de ses habitants.

Cette exposition a été réalisée grâce aux clichés que Charles Lansiaux – jusqu’à présent inconnu au bataillon des photographes – a consacrés à cette période. N’appartenant à aucune agence de presse, le photographe indépendant s’est lancé dans un reportage sur le quotidien des Parisiens en temps de guerre sur commande, dès 1914, de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris dont le souci n’était pas la diffusion mais la conservation. N’étant pas photographe de presse, il a bénéficié de la liberté d’immortaliser des scènes qui auraient été probablement interdites de publication dans les journaux soumis à la censure gouvernementale.

Ce reportage n’évoque pas directement les événements guerriers, mais présente les effets de cette guerre : la préparation, le départ, la vie des permissionnaires, le retour des blessés, les secours mis en place, la vie quotidienne des Parisiens non mobilisés (femmes, enfants, hommes de plus de quarante-sept ans). En parallèle à ces photos sont exposés des affiches de propagande d’origine, des plans géographiques, des textes écrits par les commissaires, André Gunthert (maître de conférences à l’EHESS) et Emmanuelle Toulet (responsable de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris), dans la perspective de les replacer dans leur contexte.

Les photos de Charles Lansiaux mettent en exergue un aspect prégnant de cette époque, celui du patriotisme qui colore toute la vie quotidienne des Français. Que l’on soit patriote ou pas, il convient de le proclamer, d’autant plus fort si l’on est commerçant. Pour conserver sa clientèle ou éviter le vandalisme, il faut éviter d’être assimilé à l’étranger, comme ce fut le cas des boutiques de laiterie suisses Maggi soupçonnées d’être germaniques. Sur l’une d’entre elles, il est inscrit : « Mes fils sont officiers français et sont sur la frontière. Vive la France ». Des drapeaux tricolores fleurissent un peu partout en fond d’image. Le départ des troupes se déroule dans la bonne humeur, malgré la séparation des couples, les visages sont souriants, voire enthousiastes, oubliant un instant que même courte la guerre fait des victimes. De nombreuses scènes se passent dans les gares avant le départ pour le front. On trinque, on brandit des bouteilles. Et c’est déjà l’heure. Des wagons, les mains s’agitent pour un dernier adieu. La gare n’est pas seulement le lieu des départs, mais aussi celui des arrivées. Celles des réfugiés belges, ou du nord de la France, qui s’entassent dans des abris provisoires. Dès début septembre 1914, devant l’avancée des Allemands au début de la bataille de la Marne, c’est au tour de 500 000 Parisiens de fuir la capitale pour se réfugier dans le Sud, ce qui rappelle un autre événement plus connu de nos contemporains – l’exode de 1940. En raison de la migration et de la réquisition des automobiles, les rues et les places, encore massivement fréquentées la veille, sont désertées comme la place de la Concorde. Paris est une grande ville de province endormie.

Bien que les combats sont absents de la capitale, des signes indiquent que le pays est en guerre. Des militaires effectuent des exercices dans un jardin public, les enfants jouent à la guerre, les parcs et les talus des « fortifs » sont fréquentés exclusivement par les femmes et leurs bébés, des barricades de fortune sont érigées avec des branchages, preuve de l’incapacité à protéger la ville, jugée indéfendable par l’État-major. La nourriture est aussi un souci, plus en raison d’un problème d’organisation que de pénurie. Même si les produits de première nécessité sont l’objet de restrictions, en revanche (à la surprise du visiteur) la population souffre peu de privations, nous précise-t-on. Certes, les restaurants proposent des « menus de guerre » (pas plus de trois plats !), cependant les fruits et les légumes abondent, les bouchers et les charcutiers transforment en conserve, à tour de bras, les troupeaux parqués dans la capitale. Et si les horaires d’ouverture des cafés sont restreints et leur fréquentation interdite aux militaires et aux femmes, les raisons sont davantage morales que par disette de boissons alcoolisées…

Même si Paris fut l’objet de bombardements surtout lors de la dernière année, et la cible de canons à longue portée de type « Grosse Bertha », c’est avec les blessés, les invalides et les « gueules cassées » revenus du front que la guerre prend toute sa réalité. Les soldats deviennent des héros que l’on se doit d’honorer. Des jeunes filles les accueillent avec des bouquets de fleurs et des cadeaux. Des hôpitaux sont improvisés dans des gares, dans des cirques, des palaces, des musées pour suppléer à l’impréparation des pouvoirs publics. Toutes les initiatives privées sont valorisées. Les restaurateurs accueillent à bras ouverts les combattants. Il faut montrer sa reconnaissance et son patriotisme.

Par rapport aux guerres qui l’ont précédée, 14-18 aura été la première à avoir utilisé les armes de la propagande à cette échelle. Conçue pour encourager sa population à garder le moral malgré les difficultés, la propagande se doit de rendre harmonieux la réalité. La vérité n’étant qu’une vue de l’esprit, il s’agit de présenter les événements positivement. Ainsi les batailles ne sont jamais perdues par les poilus quel que soit le résultat. Si une victoire allemande n’est pas complète, elle est une défaite. En revanche si le front français résiste, c’est une victoire… Tel est le principe de la propagande : prendre ses désirs pour la réalité. De même que pour les soldats, la population, selon le point de vue officiel, se révèle exemplaire malgré les bombardements et ses destructions. La une d’un quotidien, après un bombardement meurtrier, met en avant « le calme de la population ». On peut considérer que l’utilisation de la censure est un échec de la propagande qui n’a pas su convaincre les réfractaires et les sceptiques. Certaines unes de journaux possèdent des colonnes de journaux en blanc, preuve que la fiction a été écornée par des voix discordantes.

À la fin de l’exposition, un ami me fait part de son désabusement devant l’obsession de notre époque à commémorer à tout va, d’avoir les yeux rivés dans le rétroviseur, alors que ce qui compte est de vivre le présent pleinement sans se retourner. Lent dans ma réflexion, je profite de cet article pour lui répondre.

Pourquoi commémore-t-on un événement ? la réponse qui vient à l’esprit est pour rendre hommage à ceux qui sont morts pour une cause, pour entretenir la flamme. La commémoration est en fait un des effets d’un autre phénomène : l’obsession du passé. Depuis au moins quarante ans, notre société se tourne vers le passé parce que l’avenir ne promet plus rien d’enviable. Comment pourrait-on se projeter vers un avenir radieux lorsque la crise économique et le chômage embrument depuis si longtemps l’horizon. Demain ne risque-il pas d’être pire qu’aujourd’hui ? Pendant la période des « trente glorieuses », le passé n’existait pas. La jouissance de la consommation suffisait à combler les attentes. Vivement l’avenir, semblait proclamer les populations.

Une société choisit-elle de se diriger vers le futur ou le passé ? Non, car elle est mue par un inconscient qui la pousse dans une direction. Ce retour sur le passé, que l’on peut déplorer, est un symptôme de la société qui éprouve la peur du lendemain, de l’inconnu. Peut-on blâmer un malade d’être malade ? La maladie disparaîtra quand la société aura retrouvé la confiance dans l’avenir.

Les photos anciennes, au-delà de celles présentées dans cette exposition, possèdent toujours un aspect émouvant ; un geste, une expression est comme figé à travers le temps pour l’éternité. De ce temps enfui ne demeure qu’une faible trace, à la manière des photos théâtrales qui témoignent qu’une représentation a bien eu lieu. C’est ce qui fait le prix de l’art photographique.

Didier Saillier

(Février 2014)

Photo : Charles Lansiaux : « Boulevard Edgar Quinet. Les enfants ne connaissent plus que les jeux de guerre, voici de futurs poilus qui attendent l’ennemi de pied ferme », Charles Lansiaux. Photographie prise en avril 1915.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s