Paris en chanté

A la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris, l’exposition « Paris en chansons » (du 8 mars au 29 juillet 2012) retrace l’histoire d’amour qu’entretient la chanson avec la capitale. De nombreux documents écrits, iconographiques, sonores, audiovisuels nous font revisiter le patrimoine musical des XIXe et XXe siècles.

*

Aucune autre ville que Paris n’a suscité autant de chansons en français, mais aussi en langues étrangères. Il n’est qu’à voir les titres innombrables où le nom de la capitale est présent, sans parler des synecdoques que sont ses quartiers, ses voies en tout genre, ses monuments, ses jardins, ses gares, son fleuve, ses quais, ses berges, ses habitants. Combien de chansons n’ont-elles pas « Paris » dans leurs titres ?1 Le moindre mot accolé à lui se trouve auréolé d’un supplément d’âme : Paris poétise, par une alchimie mystérieuse, ce qui entre en son contact. Le ciel, l’air, le matin, le soir, la nuit, les saisons, les climats atmosphériques prennent une dimension unique du seul fait que ces phénomènes sont « parisiens »2. A Paris, il peut neiger, pleuvoir, certes, mais pas banalement. Que l’on se souvienne du personnage américain romantique du film de Woody Allen, Minuit à Paris, déclarant adorer marcher dans Paris sous la pluie, comme si cette eau était parée d’une propriété spécifique. En raison de son patrimoine, de la sédimentation historique, de son histoire politico-artistico-littéraire, Paris est chargé d’un passé, toujours vivant, palpable par les générations successives mettant leurs pas dans celles de ses devancières.

La chanson a été un des fils qui ont tissé la mémoire de Paris. Si le proverbe dit qu’en France tout finit par des chansons, on peut ajouter que Paris finit en chanson. Les historiens ont recensé pas moins de 2 800 titres qui ont contribué à sa mythologie. La chanson prenant Paris pour objet devint un genre en soi aux alentours de 1865 et surtout, quinze ans plus tard avec Aristide Bruant qui lui donna ses lettres de noblesse, prenant pour cadre la vie parisienne et ses quartiers. Auparavant, Paris était évoqué pour avoir été le siège des événements politiques, des multiples révoltes et révolutions qui ont fait et défait la France. En définitive, elle incarne le pays tout entier.

L’éclosion de la chanson en général est liée à la professionnalisation du métier et à l’apparition des premiers cafés-concerts (le Ba Ta Clan, l’Alcazar, l’Eldorado, les Ambassadeurs, la Scala…). Paris devient une ville moderne qui bouillonne, se développe et offre des possibilités de distraction à sa population. Peu à peu elle acquiert une spécificité, une âme qui inspire les poètes et compositeurs. Ceux-ci la personnifient en l’assimilant souvent à une femme. « Paris c’est une blonde » chante Mistinguett.

Deux grandes époques voient la Ville-Lumière devenir un des sujets préférés. Celle qui va des années folles aux années trente, et celle de l’après-guerre. La première s’incarne dans des chanteurs emblématiques comme Mistinguett, Maurice Chevalier, Charles Trenet, où la gaîté, la joie de vivre l’emporte. Après la période de l’Occupation, dont les circonstances n’invitaient guère à chanter le bonheur à Paris, les années qui suivent la Libération sont prolifiques : Yves Montant, Patachou, Francis Lemarque chantent Paris sous toutes ses formes.

Certains topos sont répandus dans les chansons. La tour Eiffel, la Seine avec ses quais et ses ponts sont nommés à foison, tout comme ses toponymes. Les rues, avenues, boulevards, places sont parcourus en tout sens. La ville est aussi un lieu idéal pour la flânerie, les rencontres amoureuses, S’embrasser sur les bancs, se promener sur les quais, traverser les ponts et regarder la Seine couler sont des moments romantiques que les touristes pratiquent avec assiduité. De ces figures s’ébauche une poésie éternelle.

Si la plupart du temps les chansons expriment leur amour pour la ville, d’autres la critiquent en raison de ses inconvénients, du stress engendré par la vie trépidante, la circulation embouteillée (« A Paris en vélo, on dépasse les autos » Joe Dassin).

Paris rend triste aussi. Lorsqu’on a dû la quitter, volontairement ou non, il vient des bouffées de nostalgie qu’un ticket de métro vous a données. Dans le film de Julien Duvivier, Pépé le Moko (1937), le personnage de Fréhel, chanteuse oubliée échouée dans la casbah d’Alger chante : « Ou est-il mon moulin de la Place Blanche ? / Mon tabac et mon bistrot du coin ? / Tous les jours étaient pour moi dimanche ! » Et lorsqu’on revient, la disparition des rues et la destruction des immeubles anciens font qu’on ne reconnaît plus son Paris d’autrefois (Laisse-moi mon Paris tel qu’il est). La démolition des Halles inspira à Bernard Dimey « Le quartier des Halles » chantée par les Frères Jacques. Même si la Seine est romantique, cependant des désespérés se jettent dans ses eaux.

Le thème de Paris est si inspirant que même ceux qui ne font pas profession d’écrire des chansons s’y mettent comme le cinéaste Jean Renoir qui écrit pour Cora Vaucaire (« La complainte de la butte ») ou bien l’écrivain-philosophe Jean-Paul Sartre pour Juliette Gréco (La rue des Blancs-Manteaux).

Rares sont les quartiers qui n’ont pas une chanson pour les honorer, mais certains sont fréquemment évoqués comme Montmartre et ses rues, incontestablement le plus cité, Pigalle, Rochechouart, Ménilmontant, Belleville, Saint-Germain-des-prés, Montparnasse.

Des personnages typiquement parisiens sont au centre des chansons comme la Parisienne chic, bourgeoise, hystérique (La parisienne de Marie-Paule Belle) ou, dans un autre domaine, la prostituée, le voyou. L’enfant pauvre de la zone, le gavroche, le poulbot, « le gamin de Paris » chanté par Mick Micheyl est aussi une figure marquante de l’imaginaire parisien.

Outre le nombre impressionnant de photos, de partitions, d’affiches retraçant les mythes parisiens, le point fort de cette exposition réside dans la possibilité d’écouter, grâce à des casques individuels, des centaines de chansons significatives classées par thème qui ont fait la gloire de Paris.

Didier Saillier

(Avril 2012)

1 Voici un bref échantillon : Adieu Paris (sept chansons portent ce titre), Au revoir Paris (trois), Bienvenue à Paris, Bonjour Paris (quatre), Ça c’est Paris (Mistinguett), C’est beau Paris (F. Lemarque), La chanson de Paris (quatre), Le cœur de Paris (cinq)…

2 Le ciel de Paris, En avril à Paris (Ch. Trenet), J’aime Paris au mois de mai (Ch. Aznavour), Minuit à Paris, Nuit de Paris, Paris au mois d’août (Ch. Aznavour), Paris d’été (A. Sylvestre), Paris la nuit, Paris le soir, Paris sous la neige, Paris sous la pluie, Printemps de Paris, Soleil de Paris, Sous le ciel de Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s